Antilles Exception / Destinations / Martinique / Découverte / La Faune

Nos offres à saisir

Suivez nous sur twitter Rejoingnez nous sur facebook Epinglez nous sur Pinterest Ajoutez nous sur google+
Martinique

Voyage Martinique

Retour à la page précédente

La Faune

Colibri
  • Colibri
  • Iguane (Iguana delicatissima)
  • Lezard Anoli
  • Le Touloulou

Colibri

Photo: Jean-Marc Lecerf

Alors que la faune aquatique en Martinique est extrêmement dense, la faune terrestre est aujourd’hui moins riche et moins diversifiée. Il n'existe pas d'animaux terrestres de grande taille en Martinique. Beaucoup d'espèces ont disparues ou sont en voie de disparition, principalement à cause de l’homme et de l’importation, volontaire ou non, d’autres animaux. Toutefois de nombreux animaux sont endémiques des Antilles ou même de la seule île de Martinique.

L'animal symbolique de la Martinique est le colibri. Il s'agit du plus petit oiseau du monde butinant le nectar des fleurs en vol stationnaire et passant de fleurs en fleurs avec une rapidité étonnante. Avec un peu d’attention, vous pourrez aisément en observer.

Il existe en Martinique deux espèces d’iguanes : L’iguane des petites Antilles, rare et protégée, est facilement observable sur l’îlet Chancel, au large de la commune du Robert. Sa taille peut atteindre jusqu’à 1m50. L’iguane commun est plus gros, meilleur prédateur, il tend à prendre le pas sur l’iguane antillais. Il est présent particulièrement autour du Fort St Louis mais, caché dans les feuillages, il reste assez difficile à observer.

De très nombreuses espèces de crabes sont présentes à proximité des plages Martiniquaises et vous ne manquerez pas de les observer, notamment le très beau "Touloulou" rouge qui se trouve presque partout.

La migale Matoutou que l'on rencontre souvent lors des randonnées dans le nord n'est pas vraiment dangereuse. Le seul animal dangereux de l'île est un serpent : Le trigonocéphale (antidote dans toutes les pharmacies Martiniquaises). Il a cependant quasiment disparu de Martinique suite à l’introduction des mangoustes.