Antilles Exception / Destinations / Martinique / Découverte / Carnaval

Nos offres à saisir

Suivez nous sur twitter Rejoingnez nous sur facebook Epinglez nous sur Pinterest Ajoutez nous sur google+
Martinique

Voyage Martinique

Retour à la page précédente

Carnaval o péyi!

Groupe a pied
  • Groupe a pied
  • Portrait danseuse

Lambi soufflé

Photo: Jean-Marc Lecerf

Tradition pour les peuples de la Caraïbe, le Carnaval est un événement annuel dans lequel s’exprime une joie populaire sur notre île! Il trouve ces origines dans la société esclavagiste dont un des aspects fut le brassage des cultures et ethnies européennes et africaines…

En Martinique, les rues sont envahies par la foule en liesse qui se défoule aux ryhtmes endiablés des groupes a pieds accompagnés par des chants repris par tous en choeur. La spécificité du Carnaval martiniquais réside dans le fait que les spectateurs sont invités à devenir acteurs de cette grande fête. Les divers costumes portés par chaque groupe, ainsi que par la foule génèrent une mosaïque de couleurs, véritable délice pour les yeux. On parcourt des circuits faisant plusieurs fois le tour des bourgs en se laissant porter par l’allégresse ambiante. Le temps parait si court quand on le vit …

Les «jours gras » de ce mois de février, du samedi jusqu’au mardi sont un moment très attendu par la population pour courir le vidé, expression employée pour qualifier cette marche en avant au rythme des tambou ti bwa et autres trompettes formant cette musique cadencée.
Samedi et dimanche sont deux « jours gras » où les déguisements sont libres, pas de thème spécifique.Vous pourrez ainsi croiser les mariann lapofig , karolin, nèg gwo siwo , chars, reines, mini-reines, reines-mères élues dans leurs communes respectives pour cette période carnavalesque !

Les bradjak (voitures récupérées et retapées pour les défilés du carnaval) feront ronronner leurs moteurs ! Des hommes sur échasses marcheront dans les rues du haut de leurs 3 ou 4 mètres. Des femmes saisissent l’occasion pour mettre leurs habits les plus «sexy-flashi », ceux-là même qu’elles hésitaient à porter en public le reste de l’année... D’autres sortent leurs plus belles parures, profitant de cette liesse populaire pour montrer leurs beaux habits traditionnelles (en madras le plus souvent) dans ces rues éclatantes de vie. Les « sons du carnaval » sont sur les ondes depuis le mois de janvier, la foule les reprend tout en changeant parfois les paroles… En 2002, l’arrivée de l’€uro en Martinique vit également la production de cette chanson « l’€uro est arrivé, dangérééé… »(L’€uro est arrivé, dangereux..)

Et Vaval ?!

Lundi gras c’est le jour des mariages burlesques. Les hommes se déguisent en femmes mariées et les femmes en hommes mariés! Ils sont suivis de leurs cortèges du jour qui leurs assurent une belle cérémonie. C’est également le jour de la Grande Parade du Sud organisée chaque année dans une ville différente du sud de l’île!

Le Mardi gras, les diables rouges sont de sorties! Attention, les enfants risquent d’être impressionnés par ces grands hommes vêtus d’habits rouge vif et portant des masques...
Les rues sont ce jour là rouge et noir de monde.

Vaval le bwa-bwa, le plus souvent caricature d’un fait divers ayant marqué l’année précédent le carnaval, est un personnage emblématique en cette période à la Martinique. Il sera brûlé le mercredi des cendres après le vidé du jour. Pour marquer le deuil, les carnavaliers attristés de cette fin des festivités portent des vêtements blancs et noirs…On voit également les diabless en ce jour.
Les makoumèz (hommes habillés en femmes) de Vaval pleurent la mort de leur amant.

Les vidés se déroulent généralement l’après midi, sauf le vidé en pyjama du Lamentin qui se déroule avant le levé du soleil (il s’achève en début de matinée généralement). De plus des soirées à thèmes sont organisées par les boîtes de nuit .

Cette grande fête populaire ne demande qu’à être vue de tous. Vini wèy (Venez voir) !